Aïe Aïe – aïe aïe ? Hélène Cixous dit que aïe aïe c’est le cris de la littérature  … hum ouille Ludovic Beillard : faut que ça déborde !

Ludovic c’est la matière et c’est franchement sale, la substance franchement crade, en un mot la peste.

Pésitiferé de la beauté.

Car soudain sa matière – les rébus qu’il enrichit – deviens Oh beauté et merci alors.

Résine , mélange et malaxe … matière  «  Je n’étais q’une ébauche au pied de la falaise – un extrait de roche sous l’éboulis – dans ma cité lacustre à broyer des fadaises »

Bashung, Alain sort de là ! Beillard c’est jouissance, c’est vie, c’est faire du geste.

Ludovic est une sorcière qui d’un extrait de roche « hop hop hop », de l’or : Alchimiste.

« Aïe Aïe » c’est son cri des bas fonds.

« Hop Hop »  c’est sa connaissance a tout sublimer.

Le golem ce n’est pas ce que fait Ludovic – extraire de toute matière profonde la beauté du monde – Ludovic EST le golem.

Ludovique vous dit voilà la matière, cette matière à faire monde.

Aïe Aïe De profundis « Des profondeurs, je criai vers Toi, Seigneur »

Aïe aïe monsieur Beillard : ces moments secrets que vous savez nous transmettre dans la vie comme la mort « in articule mortis » vous nous donnez une chose bien vivante.

et la vie alors transparait.

 

 

Simon Rayssac

__

 

Lait-de-poule par Victor Delestre

__

 

 

Promouvoir 

Clubbing

Dumping

Coaching

Et cette moustache

Arrondie sur la joufflure

Sourire à l’envers

Quasi aigle

Surveillance accrue

Méditation du poignet

Garde

Gardien

Veste zippée

Lettrage blanc

Brun comme jamais

Imposant

Potelé

Sculpté par l’assistance 

Le regard champion

Lui qui d’un pas décidé

De l’autre coté de la rue

Est a présent 

Sur lui même.

 

 

Revis L’enfer

Ivre

D’amour

De cours de la vie

Evidemment

Consterné par

Vide

Béa 

Dentelle noir

Piercing

Et

Jeune ventre tatoué 

Plissé

Lèvres anglaises

How many stops?

Et le col serré

Vite

Dans l’éboulement

D’une machine à laver

Dans une carrière

D’un déjeuner dans la Boue

Parc

La mèche de coté

Fla fla fla fla

Speed

Et l’odeur

Carrefour

Une ligne bleu

Du blush

Me blottir 

Dans une épaisse 

crème de Jour 

Presque un peu collante

Les ongles raccord

À son carnet

Le trou laisse apparaitre

Un genou

Un bout de mollet

Il laisse flotter

L’ossature perceptible

Sa bouche danse 

Il m’observe.

 

 

Son seul signe de virilité c’est sa barbe.

 

 

I decided to be a responsible adult

and stop drinking alcoholic energy drinks

first thing in the morning,

both for health and money reasons,

so I switched to Irish coffee(s),

bought a 40 of whiskey

and figured it would last me all week

and I would save money,

but no fucking dice,

I woke up this morning

and the whiskey’s long gone….

ADULTING FAIL.

 

 

Calme plat

Tout me retient

L’atmosphère pesante

Jeux de pression

J’attend le bus

Maussade

Ecriture rouge 

Sur le flotteur de la piscine

Sur la vitre

Je cherche encore

Je crois que j’ai perdu

Le Népal

La Birmanie 

L’étoffe 

Offrande de mon ami

Me lance un regard 

Chevalin

On hésite toujours

Avec la hauteur de ses dents

Blancheur immaculé

Seul reste la rayure

Sur mes chaussettes

Comme motif récurent

Tenant mes pieds sur ce sol

Mon bras dans le dos

Le bracelet sur sa cheville

J’aimerais a présent 

M’accroupir

Regarder les médaillons

Suspendus 

Ses ongles brillants

Rosées

Dessinent une seconde Peau une corne plastique

La tenant a distance

Par la brillantine sur ces dents

Comme la birmanie

De mon étoffe 

Perdu 

Pour le moment

Je suis un aventurier

Je refais la route

Les sirènes hurlent

All star en cuir.

 

 

Il a un coeur comme ça

Il me dit oui 

Elle qui rigole

Dans ses dents

Quand elle fume

Un labrador 

pas plus

Eight in the morning

Sweet

Diallo

La nuque tordu

Commence un concert

De jambes

Le matin suivant

La variété, Lavande

Or

La

S

Jambes de footballeur

Visibles dans ses mains 

Qui se regardent les ongles

En appuie

Comme un gros chat

Hyper protéiné

Qui ne marche plus

La langue sous les dents

Balaye la lèvre

Coeur océan

Vestige de provence

Pologne en lacets gris

Le peu de qu’il reste

Appliqué sur le crâne

Me tourne la tête

La patte en soutien

Tripote une peau morte

Quasi rien

On verra ça demain.

 

 

Ne sais pas

Déterminer

Si la silhouette 

S’approche

Ou s’éloigne

Parfois je pisse

Dans la rue

Et ta mère

S’en réjouit

Upper.

 

 

Risque

Masque

Capteur

Ebony

Le soleil se déplace

Dont know 

Dont know

Oeuf 

Ketchup

We 

Family

S’endosse

Des chaines

Sur huile 

Cambouis

Sahara

Traine

S’essuie

Son dos 

La botte verte

Craquelle

Frie

Lâche

Souple 

Les pieds vaseux

Dans une sécheresse

Absolue

Firmament.